Vous avez peut-être lu ou entendu que les extensions de noms de domaines « géographiques » tels que le .bzh vous donnaient un avantage pour votre référencement naturel (SEO) ? C’est en tout cas un argument avancé très régulièrement par ses défenseurs et notamment par certaines agences qui tentent de vous convaincre - par opportunisme - de changer votre nom de domaine en négligeant souvent le travail nécessaire de redirection permanente (les fameuses "redirections 301") de vos meilleures pages, à savoir celles qui vous apportent le plus de visiteurs, et sans lequel vos positions acquises passeront aux oubliettes. Ce qui aura pour conséquence l'effet inverse à celui supposé du .bzh, à condition qu'il s'agisse vraiment d'un avantage pour le référencement...

Le .bzh : une opportunité pour votre référencementLe .bzh est ce qu’on appelle dans le jargon un « generic Top-Level Domain » ou gTLD de type géographique, initié en 2005 par le .cat (pour la Catalogne). Depuis, beaucoup d’autres gTLD géographiques ont fleuri tels que le .asia, le .tokyo, le .berlin, le .quebec etc.. En France le .bzh a été le premier du genre, lancé en même temps que le .paris.

Du côté de ses défenseurs...

L’argumentation mise en avant (et qui se tient) est que l’extension .bzh apporte une information supplémentaire « sûre » au visiteur à propos du site qu’il visite, à savoir ici le rapport à la Bretagne, qui justifierait une prise en compte par l’algorithme de Google. En effet, lors de l’enregistrement du nom de domaine (NDD), une domiciliation dans les 5 départements historiques de la Bretagne (y compris la Loire-Atlantique) est exigée ou bien une thématique relative à la Bretagne (langue, culture, patrimoine...). Il semblerait donc a priori logique que Google le valorise dans son algorithme de classement (comme tout ce qui est supposée améliorer l’ "expérience utilisateur"). S’appuyant sur cette hypothèse, ses défenseurs (qui n’utilisent d’ailleurs jamais le conditionnel) affirment haut et fort le bonus apporté par le .bzh pour votre visibilité. A titre de preuves, ils s’appuient sur des études comme celle de SearchMetrics en 2014 concluant que les sites en .berlin étaient mieux placés que les sites en .de sur la thématique « Berlin ». Sans remettre en cause les résultats, leurs conclusions ne permettaient pas d’affirmer catégoriquement que seule l’extension en était responsable…


Du côté de Google...

Une réponse "officielle" à cette question est venue de Google lui-même via son blog pour les webmasters (le 22 juillet 2015), et celle-ci est est claire : « En général, nos systèmes traitent les nouveaux gTLDs comme les gTLDs plus traditionnels (tels que ".com" et ".org"). Les mot sclés d'un TLD n'offrent aucun avantage ou inconvénient dans le cadre de la recherche. »
Concernant plus précisément les gTLDs géographiques : « Même s'ils semblent liés à une région en particulier, nous les traitons comme des gTLDs. Ce traitement est cohérent avec la façon dont nous gérons les TLDs régionaux tels que ".eu" et ".asia". Il se peut que nous fassions des exceptions au fil du temps, si certaines tendances se dégagent. »
L'extension .bzh aurait donc un traitement neutre et n'apporterait aucun « plus » pour votre positionnement, sur des requêtes à connotation locale notamment.

OK, donc on a eu la réponse de Google mais 1/ Faut-il le croire ? Google nous dit ce qu’il veut bien nous dire et bien entendu, moins il nous en dit sur son algorithme mieux il se porte 2/ l’algorithme a aussi peut-être évolué depuis 2015 vers le prise en compte des TLD géographiques ? (Google ne dit-il pas qu'il pourrait faire des « exceptions au fil du temps » ?)…
Quoi qu’il en soit, même si le critère « régional » des TLDs est désormais pris en compte, il ne doit pas peser lourd. Il n'apparaît pas avoir d'influence majeure sur le référencement local par exemple (lié principalement au sous-algorithme "Pigeon").


Du côté de chez Swann... euh non de la Web Academy...

Je vais donc vous parler de mon expérience personnelle avec le basculement de mon site .fr en .bzh. Ma motivation n’était pas liée au SEO : je voulais surtout affirmer mon ancrage régional (ne dispensant des formations qu’en Bretagne, principalement dans le Finistère) et marquer aussi mon attachement à ce territoire. C’est en quelque sorte une "démarche militante", au même titre qu’être ambassadeur de la marque « Tout commence en Finistère », car il faut aussi savoir qu'un .bzh coûte bien plus cher qu’un .com ou .fr (plus ou moins 50€/an au lieu de 7€/an).
En terme de SEO, ai-je constaté une amélioration ? La réponse est clairement non, mes positions n’ont pas évoluées d’un iota même en activant la géolocalisation sur le moteur de recherche… En revanche le transfert du NDD sur Google a pris beaucoup de temps (bien plus que sur les autres moteurs comme Bing ou Yahoo), soit environ 2 à 3 semaines. Soyez prévenus : vous risquez de perdre de la visibilité (et potentiellement des clients) pendant ce laps de temps. Bien entendu, mon site n’a pas valeur d’échantillon représentatif.


En conclusion

Prenez un .BZH si :

  • vous êtes en Bretagne et/ou avez une activité en lien direct et exclusif avec la Bretagne (zone de chalandise...)
  • vous êtes en Bretagne et n’êtes pas satisfait de votre NDD : il est peut-être disponible en .bzh ?
  • vous souhaitez marquer votre attachement à la Bretagne ("démarche militante" : patrimoine, culture, langue, etc.)

Ne prenez pas un .BZH si :

  • c'est uniquement un objectif SEO
  • vous avez une clientèle nationale/internationale (être en .bzh n'apportera rien vis-à-vis de vos clients marseillais ou polonais)
  • vous avez déjà une ancienneté et une position satisfaisante dans les résultats de recherche (ne prenez pas de risques inutiles)

IMPORTANT : si votre site n’est pas nouveau, demandez à votre prestataire de bien faire les redirections 301 en particulier pour les pages vous apportant le plus de trafic (vous ne les connaissez pas ? Il est peut être temps pour vous d’inscrire votre site sur Google Analytics ! Sachez que votre hébergeur vous fournit aussi peut être un outil d’analyse statistique).

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.